logo

AL slogan 2lignes 2b

faire un don

Les différents constituants à connaitre en hématologie

A retenir 

La moelle osseuse est le site de fabrication des cellules du sang. Ces dernières sont représentées par :

  • Les globules rouges ou hématies qui transportent l’oxygène vers les tissus,
  • Les globules blancs ; il en existe trois grands types : les polynucléaires, les lymphocytes et les monocytes. Ils permettent de lutter contre les agressions extérieures infectieuses et virales et constituent des acteurs importants de notre système immunitaire,
  • Les plaquettes qui empêchent de saigner.

Le thymus est un lieu de maturation de certains globules blancs (les lymphocytes T) qui jouent un rôle majeur dans notre système immunitaire.

Le plasma contient  des vitamines, des minéraux, des protéines, des hormones et d’autres substances chimiques naturelles nécessaires à la survie des cellules de l’organisme.

 

La moelle osseuse est la matière spongieuse qui se trouve au centre des os.

A partir du 2ème mois de la vie embryonnaire, la moelle est le site prédominant de l’hématopoïèse (formation du sang). Après la naissance, la moelle en devient le site exclusif. Progressivement, au cours de l’enfance, le tissu hématopoïétique qui produit les cellules du sang est remplacé dans les os longs par du tissu adipeux (riche en graisse) avec pour conséquence chez l’adulte une production sanguine principalement localisée dans les os plats (bassin / sternum) et les vertèbres. 

Le thymus apparait dès la 6ème semaine chez l’embryon  puis diminue progressivement de taille après la naissance pour disparaître complètement  à la puberté. Il assure la maturation de certaines cellules du sang : les lymphocytes T qui migrent ensuite par voie sanguine vers les organes lymphoïdes périphériques constitués par les ganglions lymphatiques, la rate, les amygdales, les muqueuses et la peau. Les lymphocytes T sont des éléments clés de notre système immunitaire. 

Les cellules sanguines produites dans la moelle sont de différentes sortes. On distingue ainsi :

  • les globules rouges encore appelés hématies ou érythrocytes. Ils ont pour fonction de transporter l’oxygène (O2) des poumons vers les tissus. L'oxygène se lie à une substance contenue dans le globule qui lui donne sa couleur rouge : l’hémoglobine.
  • les globules blancs, encore appelés leucocytes, jouent un rôle important dans la défense de l’organisme contre les infections et autres agressions. On les distingue en fonction de leur morphologie (aspect au microscope) en :
    • granulocytes  ou polynucléaires car leur noyau est  bi ou pluri segmenté et leur cytoplasme contient de nombreuses granulations neutrophiles, éosinophiles et basophiles définies par leur affinité pour divers colorants. Les polynucléaires neutrophiles (PNN) ont comme fonction essentielle la défense antibactérienne, basée sur la phagocytose (c’est à dire la capture et la digestion) des bactéries. Les polynucléaires éosinophiles (PNE) ont comme fonctions principales la phagocytose des œufs de parasites (helminthes) et la neutralisation des réactions d’hypersensibilité immédiates (ou allergies). Enfin les polynucléaires basophiles (PNB) jouent un rôle important dans les réactions inflammatoires locales et l’hypersensibilité immédiate lorsqu’ils passent du sang vers les tissus ou ils deviennent des mastocytes.
    • monocytes  car il comporte un seul noyau arrondi, non ou peu segmenté ce qui leur confère le nom de cellules mononucléées. Les monocytes circulent dans le sang puis passent dans les tissus où ils se transforment en macrophages, cellules phagocytaires puissantes qui survivent après la phagocytose et en cellules dendritiques qui initient la réponse immunitaire en présentant  les antigènes aux lymphocytes T.
    • lymphocytes car ils sont présents dans les organes lymphoïdes. Les lymphocytes B et T ont pour principales fonctions la défense de notre organisme contre les agressions extérieures et sont à la base de toute l’organisation de nos défenses immunitaires. Les lymphocytes B fabriquent des anticorps (immunoglobulines) et les lymphocytes T sont capables de tuer des cellules malades (infectées ou cancéreuses).
  • Les plaquettes qui proviennent de la fragmentation de grandes cellules de la moelle osseuse appelées mégacaryocytes. Elles préviennent les hémorragies en  formant des bouchons qui aident à arrêter les saignements notamment après une blessure cutanée.

Le plasma est un élément du sang principalement constitué d’eau. Il contient également des vitamines, des minéraux, des protéines, des hormones et d’autres substances chimiques naturelles. Il contient notamment des facteurs de la coagulation qui aident les plaquettes à s’agréger entre elles lors d’une plaie vasculaire

 

La formation des cellules du sang

 

Toutes les cellules du sang (globules rouges, globules blancs et plaquettes) sont issues de cellules souches hématopoïétiques (CSH) situées dans la moelle osseuse. Ces cellules souches se multiplient et subissent différentes phases de maturation pour devenir des cellules différenciées hautement spécialisées, qui passent ensuite dans le sang. Les lymphocytes T, pour acquérir leurs propriétés de défense de l’organisme contre les agressions extérieures, doivent subir une phase de maturation supplémentaire dans le thymus (un organe situé au-dessus du cœur).

La formation des cellules du sang est appelée l’hématopoïèse et comprend :

- La formation des globules rouges encore appelée érythropoïèse.

- La formation des globules blancs encore appelée granulopoïèse lorsqu’il s’agit des polynucléaires, et lymphopoïèse lorsqu’il s’agit des lymphocytes.

- La formation des plaquettes encore appelée thrombopoïèse. Les plaquettes proviennent de la fragmentation de grandes cellules de la moelle osseuse : les mégacaryocytes 

 

Le système hématopoïétique doit produire tout au long de la vie des cellules spécialisées en quantité très importante pour assurer le renouvellement des cellules lymphoïdes (lymphocytes) et des cellules myéloïdes (érythrocytes, plaquettes, polynucléaires et monocytes). Toutes les cellules sanguines  proviennent de cellules souches hématopoïétiques (CSH) située dans la moelle osseuse. Par définition ces CSH assurent deux fonctions : leur propre renouvellement (ou auto renouvellement) et, après différentes étapes de maturation, la production de cellules différenciées qui donnent naissance aux différentes cellules sanguines.

Avant la naissance, c’est  l’auto renouvellement qui prédomine pour  favoriser la production cellules souches.  Après la naissance, chaque cellule souche (CSH) se divise en une cellule souche et un progéniteur lequel s’engagera dans la différenciation ou maturation cellulaire. Cette différenciation passe par trois stades : les progéniteurs hématopoïétiques, les précurseurs et enfin les cellules différenciées qui passent ensuite de la moelle vers le sang. 

La formation des globules rouges  dans la moelle osseuse s’appelle l’érythropoïèse. Après différentes étapes de maturation qui permettent de passer de l’état de progéniteur (CFU-GEMM) au stade de précurseurs (érythroblastes) puis à celui de réticulocytes (par perte du noyau) lesquels deviennent des globules rouges ou hématies en passant dans le sang. 

La formation des polynucléaires (PN) ou granulocytes dans la moelle s’appelle la granulopoïèse. Celle des  polynucléaires neutrophiles (PNN) débute comme celle des globules rouges avec le même progéniteur  (CFU-GEMM) mais emprunte par la suite un autre chemin de différenciation avec d’autres  précurseurs qui se différencient progressivement soit en myéloblastes puis en myélocytes pour la multiplication soit  en métamyélocytes pour la maturation et le stockage. En fin de maturation on abouti aux PN neutrophiles qui passent dans le sang. Pour les PN éosinophiles (PNE) et les PN basophiles (PNB) le principe est le même  mais les chemins de différenciation et de maturation diffèrent légèrement.  

La formation des monocytes dans la moelle s’appelle la monocytopoïèse. Elle débute comme celle des PNN avec le même progéniteur (CFU-GEMM) . Ensuite la maturation s’effectue  via d’autres précurseurs (monoblaste, promyélocytes) pour arriver à maturité sous forme de myélocytes qui passent dans le sang puis dans les tissus où  ils se transforment en macrophages et en cellules dendritiques.

La formation des Lymphocytes s’appelle la lymphopoïèse.  Elle est scindée en deux voies pour donner naissance  aux lymphocytes  B et T.

La lymphopoïèse B s’effectue dans la moelle. Elle débute par des progéniteurs lymphoïdes qui prolifèrent intensément et acquièrent progressivement divers antigènes de surface (CD34/10/19/20) qui caractérisent leur stade de différenciation et leur profil antigénique. A l’état mature, ces lymphocytes sont appelés  « lymphocytes naïfs » car ils n’ont pas encore été en contact avec un antigène étranger. Lorsqu’ils quittent la moelle pour le sang périphérique ils gagnent des tissus  périphériques à la recherche d’un contact avec un antigène étranger. Ces lymphocytes B représentent 10% des lymphocytes circulants.

La  lymphopoïèse T s’effectue aussi dans la moelle mais la maturation du progéniteur en lymphocytes CD4 et CD8 s’effectue dans le thymus. Elle présente aussi différents stades successifs de différenciation (prothymocytes, thymocytes..). L’acquisition d’antigènes de surface CD4 et CD8 à maturation signe la fin de la différenciation  en cellules matures. Les lymphocytes T représentent 70 à 80%des lymphocytes circulants.

Une fois matures, les lymphocytes B et T recherchent le contact avec tout élément étranger pour développer une réponse immune adaptée à l’antigène étranger en cause. Le contact d’un antigène étranger avec un lymphocyte B dans un tissu de l’organisme ou dans un organe lymphoïde périphérique s’accompagne d’une prolifération et d’une maturation supplémentaire de ces lymphocytes, qui deviendront des lymphocytes B mémoires (capable de répondre plus rapidement à une nouvelle stimulation immune par le même antigène) ou des cellules plasmocytaires. Ces dernières résident dans la moelle où elles secrètent des immunoglobulines (anticorps) spécifiquement dirigés contre l’antigène étranger en cause. Les lymphocytes T jouent eux un rôle majeur dans la  modulation de la réponse immunitaire soit en coopérant avec les cellules B pour la production d’anticorps (« cellules T auxilliaires », T-CD4) soit par un effet cytotoxique direct (« cellules T tueuses », T-CD8).

 

 

 
 
ACTION LEUCEMIES
2, rue des longs près
92100 Boulogne-Billancourt
Tél. 06 10 48 12 48
 

Dans le cadre de la législation en vigueur, votre don donne lieu à une réduction d'impôt de 66% de son montant.
Un reçu fiscal vous sera adressé à cet effet.

Site Visuel IDEAS